Publié le Vendredi 9 Mai 2014 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Lola (10 ans) a attendu jusqu'à 1h30 du matin pour demander une photo à Stromae: il a remballé la gamine!

L.P.

Stromae prendrait-il la grosse tête ? A force de faire les couvertures des magazines et de donner des interviews aux quatre coins du monde, il semble en tout cas que l’artiste belge ait oublié que son succès, il le doit d’abord et avant tout à ses fans…

Le week-end dernier, Lola, une petite Bruxelloise de dix ans, s’est fait méchamment remballer par le chanteur-compositeur-interprète, dans un resto de la capitale.

Lola, la fille du restaurateur, voulait une photo avec le chanteur. Mais son papa lui dit d’attendre qu’il ait fini de manger pour lui demander. Il est finalement 1h30 du matin lorsque Stromae et ses potes lèvent le camp et se dirigent vers le comptoir. Lola a les yeux qui se ferment, mais la petite fille veut à tout prix rencontrer son idole.

Lola lui demande alors de faire une photo. « Pas de photo », lui lance Stromae. Lola a encore attendu qu’il paie, en espérant pouvoir lui dire aur evoir et avoir au moins un geste ou un sourire de son idole. Mais à nouveau, il l’a envoyée sur les roses en lui lançant : « Tu ne m'as pas compris ? J'ai dit pas de photo ! ».

C'est le papa de la petite fille, déçu de l'attitude de Stromae, qui a relaté les faits sur Facebook.

Stromae, lui, avait déjà expliqué qu'il n'aimait pas la célébrité, ni les aspects "people" que cela impliquait.

Voici par ailleurs de texte « Tous les mêmes », chanson de Stromae, revisité par le papa de la fillette. Ce texte a été posté sur son profil Facebook  :

"Cette fois c'était la dernière

Tu peux croire que c'est une crise

Regarde bien mon beau poster

Il est au fond de ma remise

Je te trouvais extraordinaire

Moi qui t'idéalise

Un autre chanteur fera l'affaire

Je ne viendrai plus t'applaudir"

Je suis une petite fille de 10 ans à peine,

et mon Papa a un restaurant.

Quelle ne fut pas ma joie lorsqu'il m'a dit que tu mangeais chez lui.

Je suis arrivé le plus vite que j'ai pu, rien que pour t'apercevoir.

Papa m'a expliqué que tu mangeais avec tes amis et ta famille, et qu'il ne fallait pas te déranger.

Alors j'ai attendu que tu finisses patiemment, jusqu'à 1h30 du matin !

Je suis restée à côté de la porte de sortie en espérant chaque seconde te voir arriver. Et enfin te voilà.

La première chose que tu m'as dite en arrivant c'est:

"Pas de photo !"

Je t'ai laissé payer ton addition et ça a encore duré très longtemps, car vous étiez huit, et chacun payait sa part.

Je laissais Papa faire les comptes, pour moi, tu étais la devant moi, cela me suffisait, c'était un rêve !

Mais hélas tu l'as brisé lorsque quand tu es parti, j'ai voulu te dire au revoir.

Le restaurant était vide, il n'y avait plus que nous, et mon monde magique c'est effondré quand tu m'as lancé :

"Tu ne n'as pas compris ? J'ai dis pas de photo !"

Je voulais juste un petit sourire de ta part, je n'ai pas demander à découvrir la face cachée de la lune.

Tu fais danser des millions de personnes par ton très grand talent, mais là tu m'as fait pleurer. J'ai arraché ton poster de mon mur, et tu ne seras plus le premier que je vois en me levant le matin, tu ne le mérites pas.

En fait je crois que c'est toi qui as raison:

"Tous les mêmes..."

#stromae — triste.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent