Publié le Samedi 7 Mai 2016 à

Régions

Grève dans les prisons: Namur, Mons, Forest, Jamioulx… une à une les prisons rejettent les propositions de Koen Geens et demandent la démission des secrétaires permanents

Rédaction en ligne

Les gardiens de prison avaient 36 heures pour dire oui ou non au protocole d’accord établi vendredi soir entre les syndicats et le ministre de la Justice Koen Geens. Et pour le moment, ils disent tous non. Ils veulent continuer le mouvement au finish.

Photonews

Les prisons rejettent une à une le protocole d’accord établis vendre entre le ministre de la Justice Koen Geens et les syndicats.

Les agents pénitentiaires de la prison de Marche-en-Famenne ont aussi rejeté le protocole d’accord. « C’est un refus total à l’unanimité », indique un délégué syndical CSC. « Nous irons jusqu’au finish. De nouvelles actions pourraient être organisées début de semaine. » La prison de Jamioulx et de Leuze-en-Hainaut rejette également l’accord.

Le personnel de la prison de Forest se prononcera lundi sur le protocole du ministre de la Justice Koen Geens, a indiqué samedi Cosimo Agostino, représentant FGTB. « Le pronostic est négatif », glisse-t-il.

Une cinquantaine d’agents étaient présents à la prison de Tournai où les syndicats défendaient le texte d’accord ce samedi matin. À l’unanimité, le protocole a été rejeté. Ces dernières 24 heures, la situation a été calme à l’intérieur de la prison de Tournai. Cependant, on ne sait pas comment vont réagir les détenus et prévenus lorsqu’ils apprendront que l’accord a été rejeté, indiquait vers 10h30 Grégory Wallez, permanent fédéral de la CGSP.

Les gardiens de la prison d’Andenne sont également contre ce protocole. Réunis en assemblée samedi peu avant 14H00, les agents pénitentiaires de la prison d’Andenne ont rejeté à l’unanimité le protocole d’accord, a indiqué le délégué CSC Marc Peeters à l’agence Belga. « Nous poursuivrons le mouvement au finish car nous estimons notamment que c’est désormais la masse de travail qu’il convient d’adapter au nombre d’agents, et pas l’inverse », commente le délégué Marc Peeters, précisant que la poursuite de la grève a été décidée à l’unanimité par les agents présents lors de l’assemblée de samedi après-midi.

Réunis en assemblée ce samedi après-midi, les agents pénitentiaires des prisons de Mons et de Saint-Hubert ont également rejeté le protocole d’accord, a indiqué le responsable syndical CSC David Froissart à l’agence Belga. Pour le responsable syndical CSC David Froissart, le ministre Geens joue avec le feu. « Bien que démenties par son cabinet, ses déclarations sur Twitter constituent la goutte qui fait déborder le vase. Il promet 405 engagements, mais ce n’est bien qu’une promesse, sans la moindre garantie. Par ailleurs, il annonce vouloir instaurer un service minimum, c’est inacceptable », dénonce le délégué.

À Namur aussi ils ont rejeté le protocole d’accord. Ils demandent la démission de Michel Jacobs, secrétaire fédéral CGSP, et de Laurence Clamar, secrétaire permanente CSC, a indiqué Xavier Crefcoeur, délégué CSC à la prison de Namur. Ils estiment de ne pas avoir été écoutés. Xavier Crefcoeur évoque un « mépris total pour la profession ». À la prison de Namur, la situation est encore calme actuellement comparativement à celle dans d’autres prisons. Les détenus bénéficient de sorties au préau et de repas mais ne peuvent toujours pas recevoir les visites de leur famille. Le mouvement de grogne va donc se poursuivre « au finish » à la prison de Namur tant que les gardiens n’ont pas obtenu ce qu’ils réclament. « Fin du mois, si ça n’a pas changé, on est toujours dehors », a prévenu Xavier Crefcoeur. Le délégué syndical déplore que le premier ministre, Charles Michel, ne s’exprime pas sur le sujet malgré la gravité de la situation. « Cela fait quand même plus de quinze jours que nous sommes en grève et il ne prend pas ses responsabilités », a-t-il commenté.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent