Publié le Jeudi 20 Octobre 2016 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Transparencia: une plate-forme bruxelloise pour obliger les autorités à plus de transparence

Marie Hamoneau

Si les citoyens ont le droit de consulter de nombreux documents administratifs, la réalité peut être bien différente. C’est pour contrer le manque de transparence de certaines administrations qu’un collectif lance aujourd’hui Transparencia, une plateforme pour aider chaque Bruxellois à entrer une demande de documents. Avec suivi du dossier en prime.

Transparencia.be est en ligne dès aujourd’hui.

D.L.L.

Transparencia.be est en ligne dès aujourd’hui.

Ce jeudi marque le lancement de transparencia.be, une nouvelle plate-forme collaborative de la transparence, ancrée à Bruxelles et créée par l’association Anticor, qui milite pour l’éthique en politique. La Constitution indique que chaque citoyen a le droit de consulter des documents administratifs et d’en faire une copie. Mais dans la pratique, ce n’est pas toujours le cas, et il est parfois, voire même souvent, difficile d’accéder à des documents qui sont pourtant d’utilité publique. Les administrations elles-mêmes ignorent parfois qu’elles sont tenues à cette transparence envers les citoyens. Face à ce constat, Anticor travaille donc depuis plusieurs mois sur transparencia.be.

La plate-forme poursuit donc plusieurs objectifs : « promouvoir l’accès aux informations publiques, faciliter et centraliser les demandes d’accès aux informations et renforcer le contrôle démocratique et la participation citoyenne ». Anticor voit la transparence comme « un vecteur fondamental d’amélioration de la société et parfois l’unique rempart contre la corruption, l’abus ou la mauvaise utilisation des moyens publics ».

Concrètement, tout Bruxellois désireux d’obtenir des autorités un règlement pourra en faire la demande via la plate-forme. Des exemples de lettres type seront d’ailleurs proposés afin de faciliter la tâche. Une fois la demande introduite sur le site, transparencia.be se charge de l’envoyer, et l’administration concernée aura trente jours pour répondre. Chaque visiteur pourra suivre l’évolution de la demande. Si l’administration répond, cela sera aussi posté sur le site, et le demandeur pourra évaluer la réponse et dire s’il la trouve complète, insuffisante ou insatisfaisante.

Ce « baromètre de la transparence » sera lui aussi visible de tous, et mettra donc en avant les dossiers et les autorités où un manque de transparence est à déplorer. Si un citoyen n’obtient pas réponse et désire aller plus loin, des juristes bénévoles pourront l’aider. Anticor espère que cet outil, nouveau pour la Belgique, entraînera une pression, aussi bien citoyenne que médiatique, sur les autorités publiques. Par ailleurs, transparencia.be recherche des bénévoles pour l’aider dans son fonctionnement et invite des lanceurs d’alertes à les contacter via un formulaire pour tout soupçon d’abus dans le public.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent