Publié le Mardi 15 Novembre 2016 à

Régions > Brabant wallon > Actualité

Florian Di Rupo écope de 300 heures de travail: il avait tabassé un homme à Waterloo avec sa bande d'amis

Rédaction en ligne

Ce lundi, Florian Di Rupo a été fixé sur son sort. Il écope d’une peine de 300h de travail. De même qu’un autre de ses amis. Un troisième auteur est condamné à deux ans avec sursis. En 2014, ils avaient tabassé un homme à Waterloo.


Florian Di Rupo faisait partie du groupe.

D.R.

Florian Di Rupo faisait partie du groupe.

C’est en l’absence des prévenus que le verdict concernant la violente agression du 18 mai 2014 a eu lieu. À cette date, une dispute éclate dans le bar le Marginal à Waterloo. Elle oppose alors Frédéric Martin, habitué des lieux et une bande de six jeunes âgés de 16 à 18 ans. Parmi eux, Alexandre Bertrand, Cédric Toubeau et Florian Di Rupo, qui n’est autre que… le petit-neveu de l’ex premier ministre socialiste (qui n’a évidemment rien à voir avec cette triste affaire, NdlR).

Au départ, une discussion animée et une gifle. Le ton monte. À la sortie du bar, Frédéric Martin aurait provoqué le groupe. En réponse : des coups sur son visage et son corps, à plus de 15 reprises. Ils s’y seraient mis à cinq ou six. Son pronostic vital a même été engagé. Six mois d’hospitalisation ont été nécessaires pour soigner les multiples fractures faciales. Deux ans après les faits, Frédéric Martin souffre toujours d’amnésie. Les prévenus, rapidement interpellés par la police, ont subi un mois de détention préventive.

Dans le jugement, le tribunal correctionnel souligne les lésions particulièrement lourdes subies par la victime, et «  la détermination avec laquelle les prévenus ont agi en s’acharnant à plusieurs reprises sur un homme seul et manifestement peu apte à se défendre eu égard à son état d’ébriété.  »

Finalement, le tribunal a condamné Florian Di Rupo et Alexandre Bertrand à 300 heures de travail ou deux ans de prison en cas de non-exécution. Cédric Toubeau, habitant de Morlanwelz né en 1993, a quant à lui été condamné, par défaut, à une peine de deux ans avec un sursis de cinq ans et une amende de 1.200 euros. Ils sont également condamnés à payer les frais du procès.

Le ministère public n’exclut pas la possibilité de faire appel de la décision.

Une information détaillée dans La Capitale BW de ce mardi.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent