Publié le Mardi 28 Février 2017 à

Fun > Tendances

Le nouveau "défi" des réseaux sociaux qui inquiète: plus de cent jeunes personnes se seraient déjà suicidées

Rédaction en ligne

« Blue Whale » est le nom du défi qui se développe ces derniers mois sur les réseaux sociaux et qui effraie les autorités de nombreux pays, notamment en Europe de l’Est, où des dizaines de jeunes se seraient déjà suicidées.


Veronika Volkova (16) et Yulia Konstantinova (15) se sont suicidées. L’enquête doit déterminer si leurs actes sont liés au jeu.

DR

Veronika Volkova (16) et Yulia Konstantinova (15) se sont suicidées. L’enquête doit déterminer si leurs actes sont liés au jeu.

Le jeu se déroulerait dans des groupes fermés sur les réseaux sociaux, notamment Facebook. Les participants utiliseraient un hashtag particulier pour entrer en contact avec des curateurs. Durant cinquante jours, ces derniers lanceraient alors des défis en tout genre à leurs « élèves » : écouter un tel type de musique, regarder des films d’horreur ou encore dessiner vous une baleine sur le bras.

Rien de très grave jusque-là, sauf que le dernier de ces défis à réaliser serait « se suicider » ! Et les gens qui tentent d’arrêter en cours de route ou refusent de participer à fond recevraient des menaces.

Les origines de ce jeu ne sont pas connues, mais, en 2015, à Moscou, un homme avait reconnu être, de la sorte, à l’origine du suicide de 17 personnes. Plusieurs enquêtes sont à nouveau menées en ce moment car le phénomène se répand et des dizaines de personnes se seraient déjà suicidées dans des pays d’Europe de l’Est à cause de cette nouvelle pratique, raconte de Standaard. Plusieurs pays, comme le Kirghizistan ou le Kazakhstan ont déjà pris des mesures contre des groupes Facebook.

Tout cela reste toutefois très abstrait. Mais les suicides ce week-end de deux jeunes Russes, Veronika Volkova (16) et Yulia Konstantinova (15), continuent d’alimenter les craintes. La police doit désormais déterminer si ces décès sont liés à cette pratique. Mais tout porte à croire que oui…

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent