Publié le Lundi 24 Avril 2017 à

Régions > Bruxelles > Sports

Le RWDM est à 90 minutes du titre

Rédaction en ligne

Nonante minutes. voilà ce qui sépare encore le RWDM du titre en D3 amateurs après son succès acquis à Waterloo. Les Molenbeekois ont joué avec la peur au ventre mais ont su se libérer en seconde période.


Les Molenbeekois ne sont plus qu’à 90 minutes du titre.

S.HE.

Les Molenbeekois ne sont plus qu’à 90 minutes du titre.

Waterloo 1

RWDM 3

Les buts : 10 e  Poto Mees (1-0), 48 e  Bruylandts (1-1), 71 e  Surdu (1-2), 90 e  Lutula (1-3).

Waterloo : Malbrancke, Virgone (65 e  Dupont), Hakiki (78 e  Kiwa), Mpati, Nkanza, Voets, Ferraro, Hamri, Poto Mees, De Cremer (65 e  Ohindo), Belly.

RWDM : Santos Pravos, Brouckaert, Delsanne, Haidara, Vanderhaegen, Liard, Maeyens (66 e  Cissé), Ngangue, Bruylandts, Surdu, Dall (88 e  Lutula).

Cartes jaunes : Voets (2x), Hakiki, Mpati, Liard.

Carte rouge : 63 e  Voets.

 

Un peu plus de 200 ans après Napoléon, le RWDM a gagné la bataille de Waterloo sous les yeux d’un parterre de 800 supporters. Les Molenbeekois le savaient, les Lions allaient vendre chèrement leur peau, comme il y a deux semaines face à Rebecq.

En affrontant les deux candidats au titre, les Brabançons wallons se hissaient au rang d’arbitres pour le sacre malgré le fait que la direction avait choisi d’écarter certains éléments.

Ainsi, c’est face à une équipe « B » de Waterloo que les Molenbeekois ont éprouvé toutes les peines du monde, ne passant physiquement au-dessus de leurs adversaires qu’en seconde période.

«  En première période, nous jouions avec la peur au ventre  », regrettait Drazen Brncic, le mentor des Bruxellois.

«  À la pause, j’ai demandé aux joueurs d’oser plus, de jouer au football. Nous étions trop crispés et ne jouions pas notre football. En fin de championnat, nous nous devons d’être à 100 %, surtout qu’on ne nous fera pas de cadeau. »

À 90 minutes du titre

Rapidement mené au score, le RWDM a une nouvelle fois dû trouver les ressources pour contourner le bloc défensif waterlootois. Bien en place, les hommes de Benjamin Chapeau ont effectivement rendu la vie difficile aux Bruxellois.

«  Nous étions dans le dur à tous les étages. Il manquait du liant dans notre jeu à certains moments du match. La volonté était présente mais, en sport, cela ne suffit pas. Il faut savoir se faire mal dans les moments les plus délicats. »

Poussant tant et plus après l’exclusion de Voets peu après l’heure de jeu, la phalange bruxelloise a une nouvelle fois pu se reposer sur deux coups de génie de Cissé et de Bruylandts, auteurs des deux assists, pour l’emporter.

«  Nous savons que nous avons notre sort en mains et le titre au bout des doigts si nous ne commettons pas d’erreur  », soufflait-on dans les rangs molenbeekois.

Il faudra, pour cela, passer sur le corps de Tournai la semaine prochaine. Des Tournaisiens qui feront, comme Waterloo, tourner une partie de leur effectif afin d’éviter des suspensions pour le tour final.

«  Pour décrocher le titre, il n’y a qu’une solution : tout donner et aller le chercher  », concluait Drazen Brncic.

S.HE.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent