6

Univers > Foot > Foot belge > Division 1A > Anderlecht

Georges Grün avant le choc de ce dimanche: «Anderlecht est supérieur à tous les niveaux»

S. He |

Publié le Dimanche 14 Mai 2017 à


Le Sporting veut prendre sa revanche par rapport à l’année dernière où Bruges avait fêté le titre suite à son succès contre Anderlecht (4-0).

News

Le Sporting veut prendre sa revanche par rapport à l’année dernière où Bruges avait fêté le titre suite à son succès contre Anderlecht (4-0).

Comme en 1986 et en 2010, le Sporting d’Anderlecht a l’opportunité d’être sacré sur la pelouse de son plus grand rival, le Club de Bruges. Il y a trente ans, les Mauves décrochaient le titre à la suite d’un test-match à rebondissements. Georges Grün s’en souvient encore comme si c’était hier.

Il y a presque un an (NDLR : le 15 mai 2016), Bruges terrassait Anderlecht (4-0) et s’offrait son 14 e  titre après onze ans de disette. Une claque que les Mauves n’ont pas oubliée et qu’ils aspirent à rendre ce dimanche. Car en cas de succès, les Anderlechtois fêteront leur 34 e  titre sur la pelouse de leurs plus grands rivaux. «  La manière dont le Club nous a punis il y a un an reste toujours ancrée dans nos esprits. On a forcément envie de prendre notre revanche  », précisait ainsi Youri Tielemans.

Conquérir le titre sur la pelouse des Blauw en Zwart, les Bruxellois l’ont déjà réalisé à deux reprises. En 2010, sous Ariël Jacobs, et en 1986 sous Paul Van Himst. Le titre d’il y a trente ans restera à jamais dans les annales puisqu’il fut décerné suite à un double test-match. À l’aller, le partage (1-1) arrangeait bien les Brugeois. «  Et au retour, tout semblait même perdu pour Anderlecht  », se souvenait Georges Grün, titulaire pour le RSCA lors de ce match. «  Nous étions menés 2-0 et les Brugeois étaient bien en place. Par chance, Vandereycken et Demol parvenaient à planter deux buts salvateurs !  »

« Les joueurs sont plus lisses qu’à mon époque »

Un duel qui, aujourd’hui encore, fait toujours beaucoup parler. «  Un Topper reste un match très particulier. Il y avait une énorme tension avant, pendant et après la rencontre, d’autant qu’une grande partie des joueurs se retrouvait par la suite en équipe nationale pour la Coupe du Monde. Je me souviens également de l’exclusion de Vandereycken en fin de match. Au moment de sortir, il effectuait un geste mimant le fait que l’arbitre avait été acheté par les Brugeois…  »

Anderlecht a également l’opportunité de revenir à hauteur de son concurrent au niveau des titres remportés face au grand rival. Bruges a pu célébrer un sacre face au Sporting à quatre reprises (1973, 1998, 2005 et 2016) contre trois pour Anderlecht face à Bruges (1986, 2010 et 2012). «  Forcément, c’est une motivation supplémentaire de conclure un championnat face au plus grand concurrent de l’histoire. Et encore plus sur sa pelouse.  »

Avec quatre unités d’avance sur les hommes de Michel Preud’homme, la phalange bruxelloise peut même se contenter d’un partage en Venise du Nord avant de décrocher son 34 e  sacre à Charleroi ou à domicile face à Ostende dimanche prochain. «  Au plus vite le titre sera acquis, au mieux cela sera pour les nerfs  », précisait encore Georges Grün. «  Je trouve aussi qu’Anderlecht a énormément grandi ces dernières semaines. Le jeu n’est certes pas chatoyant mais il est construit et cohérent. On ne parle plus de football champagne aujourd’hui mais bien d’un football efficace. Weiler a saisi comment cela fonctionnait au club et les joueurs ont enfin compris sa philosophie. À tous les niveaux, j’estime dès lors que les Mauves sont supérieurs aux Blauw en Zwart. »