Publié le Mardi 12 Septembre 2017 à

Régions > Mons > Actualité

Ghlin: la grève se poursuit à l'entreprise Vesuvius

V.P.

C’est toujours le blocage au sein de l’entreprise Vesuvius à Ghlin. Le 22 mai dernier, la direction de cette multinationale qui emploie 11.000 personnes à travers le monde a proposé un plan de délocalisation de certains départements, dont la comptabilité, vers la Pologne. Au total, au niveau européen, 105 personnes seraient concernées par cette délocalisation. À Ghlin, neuf personnes seraient impactées, dont six licenciements secs. Via cette opération, l’entreprise américaine espère faire 19,8 millions d’euros d’économies.

Photo Eric Ghislain

Ces derniers jours, le ton est monté entre la direction d’un côté et de l’autre, les travailleurs du site et les délégations syndicales CNE et SETCa réunis en front commun. En cause : les conditions de départ jugées insuffisantes par ces derniers. Le plan de délocalisation prévoit en effet que les travailleurs belges forment durant huit mois leurs homologues polonais, censés ensuite reprendre leur poste au terme de cette transmission des connaissances. Le travail serait ainsi effectué depuis la Pologne, à un coût moindre. « Psychologiquement, c’est très difficile pour le personnel belge. Ils sont prêts à faire ce qu’on leur demande pour leur ex-entreprise. Face à une telle multinationale, c’est extrêmement compliqué de faire changer le cours des événements, » nous expliquait à ce sujet le permanent SETCa Marc Brichaux.

En contrepartie, la direction proposait, au départ, une prime de 15.000 euros. Un montant qui est jugé insuffisant par les travailleurs, d’autant plus qu’il est conditionné à la réussite de cette transmission de connaissances. Suite aux actions de grève menées la semaine dernière, de nouvelles négociations se sont tenues, ce lundi. Mais celles-ci se sont une nouvelle fois soldées par un échec. « L’entreprise refuse d’aller plus loin, malgré les alternatives que nous leur avons mises sur la table. Tout ce qu’on nous accorde, ce sont des transferts de postes. Ils consentent à offrir 20.000 euros mais ils enlèvent l’outplacement de 5.500 euros. En somme, l’avantage financier ne bouge pas d’un iota, » explique le secrétaire permanent CNE Carl Yernaux.

En conséquence, une nouvelle assemblée du personnel s’est tenue, ce mardi matin. Par solidarité envers leurs collègues, les 150 travailleurs ghlinois ont majoritairement décidé de poursuivre la grève. Le site est complètement à l’arrêt et des piquets de grève ont été installés. « Nous attendons à présent un geste de l’employeur car c’est lui qui a bloqué les négociations…, » précise Carl Yernaux. En l’absence d’un accord collectif, la direction a annoncé sa volonté de convoquer une à une les personnes concernées. « On sait déjà que les six personnes diront non à leurs propositions. Les travailleurs restent unis et solidaires, » souligne le permanent CNE.

Leader mondial dans l’ingénierie de l’écoulement du métal, Vesuvius est installé depuis plus de trente ans à Ghlin. Le groupe américain y occupe 150 personnes dont 75 % sont universitaires, ingénieurs pour la plupart. Ces ingénieurs travaillent sur des produits très particuliers, du matériel destiné au secteur sidérurgique international.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent