Publié le Vendredi 23 Septembre 2011 à

Régions > Bruxelles > Sports

L'ancien buteur de l'Union, José Barroso, est animateur dans l'enseignement

Rédaction en ligne

Jose Barroso se porte plutôt bien. Merci pour lui. Le petit frère de Luis Oliveira a mis un terme à sa carrière de footballeur il y a deux saisons et consacre aujourd’hui son temps à sa petite famille et son emploi d’animateur dans l’enseignement.
José Barroso, frère de Luis Oliveira, habite près de Liège.

José Barroso, frère de Luis Oliveira, habite près de Liège.

Bruxellois d’adoption puisqu’il n’avait vécu que dans la capitale depuis son arrivée en Belgique au tournant des années 90, Jose s’est aujourd’hui installé dans la région de Hannut.

Avec mon épouse et ma petite fille de 12 ans, Isolina, nous avons acquis une maison à Lincent il y a six mois. Depuis que je suis en Belgique, je n’avais vécu qu’à Anderlecht et à Ixelles, du côté de la place Flagey. Pour moi, c’est un peu un nouveau départ et puis, je cherchais à avoir une certaine tranquillité. ”

Le Belgo-Brésilien n’a toutefois pas rompu tous liens avec “ sa ” ville qu’il rejoint chaque jour pour exercer son emploi dans une école d’Ixelles de 9h30 à 16h30.

Je suis animateur depuis 5 ans. Mon travail consiste à m’occuper des enfants en cas d’absence d’un enseignant. Nous sommes plusieurs animateurs et chacun a sa spécialité. Personnellement, je propose des activités sportives alors que d’autres proposent des activités artistiques ou de bricolage ”, explique Jose. “ Dans ma carrière, je ne suis jamais resté longtemps dans le même club. Après un passage à Waregem, j’ai passé une saison à Lorca en Espagne avant de revenir en Belgique à Virton, puis de prendre la direction de Larissa en Grèce. J’ai ensuite voulu me stabiliser pour ma femme et ma petite fille et j’ai rejoint Overijse où un dirigeant m’a proposé ce poste. J’ai tout de suite trouvé cela très intéressant. Ayant grandi au Brésil, j’ai pu me rendre compte à quel point les enfants en Belgique ne voient pas toujours la nécessité de travailler. Ils ont tout alors qu’au Brésil, la seule chose que nous avions pour nous amuser était le football.

Pas étonnant dès lors que le ballon rond continue à rouler dans les veines de Jose qui n’a pas complètement coupé le cordon avec les terrains.

En début de saison, j’ai failli reprendre avec Isaias dans un club de P.2 anversoise ou évolue déjà Wamberto. Je n’ai jamais complètement arrêté le sport puisque je m’entretiens régulièrement en salle et j’ai pu constater que j’avais encore le niveau pour jouer en provinciale.

Une chose est sûre, José ne voit pas le futur sans football.

Je débuterai bientôt les cours d’entraîneur. J’aimerais entraîner des jeunes et je me verrais bien travailler un jour à l’Union.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent