Publié le Jeudi 16 Février 2012 à

Régions > Brabant wallon > Sports

Foot Provincial: Les clubs bruxellois et brabançons wallons craignent la remise

Rédaction en ligne

La province du Hainaut et de Liège a déjà décrété une remise générale pour les matchs de ce week-end en provinciale. Qu’en sera-t-il pour le Brabant. “ La Capitale ” s’est rendu sur différents terrains bruxellois et brabançons wallon pour s’en rendre compte.
Notre reporter a pu se rendre compte sur place de l’état des terrains.

Notre reporter a pu se rendre compte sur place de l’état des terrains.

Comme si le froid glacial n’avait pas assez compliqué les choses pour Braine, le terrain principal se trouve maintenant gorgé d’eau suite au dégel. Une situation qui laisse le coach perplexe.“ La vague de froid passée, on pensait que tout rentrerait dans l’ordre”, explique Xavier Donnay, T1 de Braine.“ Mais avec la neige d’il y a quelques jours et la pluie, le terrain est encore pire qu’avant. Il n’a pas encore eu le temps d’absorber toute cette eau. Le club se trouve à présent dans une fâcheuse situation car seul le synthétique est accessible. Un seul terrain pour toutes les catégories, ça fait beaucoup quand même.

Le club n’a de toute façon pas reçu l’autorisation de la Commune pour jouer sur la pelouse du terrain principal. “ Heureusement qu’on joue à l’extérieur ce week-end ”, explique le coach. “ Vu que le complexe appartient à la Commune, on n’aurait pas pu jouer et le match aurait été remis. D’ailleurs, vu l’état du terrain annexe, je crains que certaines de nos équipes de jeunes connaissent un nouveau week-end sans football.

Ce week-end, Xavier Donnay et ses joueurs se rendent à la RUSAS, une équipe qui évolue sur synthétique.“ Je suppose qu’il n’y aura pas de problème pour jouer là-bas. On a eu le temps de se familiariser un peu plus que d’habitude avec le synthétique ces dernières semaines et c’est pas plus mal. ” L’entraîneur n’oublie cependant pas qu’il s’agit d’un déplacement difficile.“C’est un gros match qui nous attend et je me demande presque si une remise n’aurait pas été la meilleure des solutions ”, plaisante-t-il.

À Auderghem, le terrain de l’équipe première est aussi couvert d’eau.“ C’est limite une piscine pour le moment ”, explique Billy, T.2 de l’équipe.“ À cause de la neige qui a fondu, le terrain est recouvert d’énormes flaques d’eau qui le rendent mou. Pour le moment, c’est totalement impraticable. Nous n’avons d’ailleurs pas pu nous entraîner dessus cette semaine.

Même s’il est inutilisable à l’heure actuelle, le staff d’Auderghem espère qu’il sera néanmoins opérationnel pour le match de l’équipe première ce week-end contre l’ES Brainoise.“ Pour le moment, on ne prend pas de risques en nous entraînant sur les synthétiques ”, explique l’entraîneur adjoint. “ Tout devrait dépendre de la météo de cette fin de semaine. Mais normalement, on devrait pouvoir jouer dessus sans problème.

Et dans le pire des cas, le club peut toujours se rabattre sur un terrain synthétique du complexe. “On a la chance d’avoir deux synthétiques qui nous permettent de nous entraîner malgré une météo extrême. S’il le faut, on fera la demande pour pouvoir y jouer notre match ”, conclut l’adjoint.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent