Publié le Vendredi 20 Avril 2012 à

Régions > Bruxelles > Sports

Foot (D.2): Bruno Baras revient sur sa période de prêt au Brussels

Rédaction en ligne

Bruno Baras vit probablement ses dernières heures au stade Machtens. Prêté par Anderlecht, l’attaquant de pointe n’a jamais vraiment réussi à s’imposer au Brussels et tant sa location que son bail de longue durée avec le Sporting touchent à leurs fins. Le Brainois est donc à la croisée des chemins: il va devoir rebondir ailleurs, retrouver la confiance et probablement aussi faire des concessions financières.
Contre Tubize, Bruno aurait pu inscrire son 2e but de la saison s’il ne s’était pas heurté à Lahaye.

Contre Tubize, Bruno aurait pu inscrire son 2e but de la saison s’il ne s’était pas heurté à Lahaye.

La semaine passée, la large victoire conquise contre Tubize n’a pas suffi à atténuer la déception de Bruno Baras. L’ex-Mauve a quitté le stade Machtens en boulet de canon après une entrée au jeu mitigée. Il ruminait sa colère et a eu l’intelligence de ne pas parler à chaud. Le Brainois n’a plus que deux matchs à disputer sous le maillot molenbeekois, puisqu’il convient de dire qu’il quittera le Brussels dans les semaines qui viennent.

J’étais assez frustré la semaine dernière, je le reconnais ”, explique l’attaquant, qui n’est pas encore sûr d’être du déplacement à Tirlemont ce soir en raison d’une gastro-entérite. “ Je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu. Je m’attendais vraiment à monter plus tôt parce que nous menions au score et parce que Tambwe notamment, ne livrait pas une grande prestation. Je suis donc monté au jeu sans grande envie.

Ce n’est évidemment pas la meilleure façon de se mettre en évidence avant de devoir trouver un autre club la saison prochaine. Et pourtant, tout avait plutôt bien commencé...

Globalement et pour diverses raisons, je suis déçu de mon séjour au Brussels. Christian Rits croyait en moi et m’a aligné plusieurs fois puis quand Stéphane Demol est arrivé, je n’étais pas à 100 % et il a trouvé une équipe stable sans moi. Tambwe n’est finalement pas parti et j’imagine que pour le club, il est plus important d’aligner un joueur dont on paie le salaire qu’un autre qui est prêté. Plusieurs joueurs ont eu beaucoup de crédit, pas moi. Cela étant, je n’en veux à personne. Moi aussi, j’aurais voulu marquer plus de buts et je crois que j’y serais parvenu si on m’en avait laissé davantage l’occasion.

Les prêts d’Anderlecht n’auront pas été d’un grand secours au Brussels. Bruno Baras répond: “ C’est aussi l’une des choses qui ont joué en ma défaveur. Ablaye Seck a 23 ans et plus de métier que moi mais il s’est loupé. J’ai l’impression d’en avoir fait les frais aussi. Je suis désolé pour les supporters, j’aurais voulu leur montrer autre chose mais j’ai aussi des circonstances atténuantes.

Le Brainois, qui empilait les goals chez les jeunes à Anderlecht, dit ne pas avoir sous-estimé le niveau de la Division 2.

Au contraire, je m’y étais préparé. Je savais que c’était une série exigeante où il y a peu d’espaces et peu de temps pour pouvoir prendre une décision. La D.2 est difficile et j’ai pris beaucoup de plaisir à y évoluer.

Bruno Baras pourrait-il rester au stade Machtens malgré tout?

Rien n’est exclu en football mais je ne pense pas. Pour la première fois de ma carrière, je vais aussi devoir quitter Anderlecht et c’est une sensation bizarre. Mon manager va bientôt commencer à scruter le marché pour moi. Mes idées sont très claires: je veux jouer. Qu’importe si c’est en D.2 ou D.3 et qu’importe le salaire. Je sais que je vais devoir consentir des sacrifices car très peu de clubs pourront m’offrir ce que j’ai à Anderlecht mais tant pis, je suis prêt. À 20 ans, je sais ce dont je suis capable et où je veux aller.

Libéré de tout engagement dans quelques semaines, Bruno Baras ne devrait pas connaître trop de difficultés à se recaser.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent