Mis à jour le Lundi 25 Février 2013 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Projet Villa Tinto à Schaerbeek: Lemesre pour, Kir contre

Rédaction en ligne

L’enquête publique relative au projet d’une villa Tinto rue d’Aerschot, à Schaerbeek, s’est ouverte lundi. Les riverains ont dès lors quinze jours pour se prononcer. À l’initiative de la « Villa Tinto » à Anvers, le promoteur Franky De Coninck propose actuellement à Bruxelles, à l’emplacement d’un car wash de la rue d’Aerschot, un projet mêlant une galerie de vitrines et 37 chambres destinées à la prostitution avec un ensemble de 43 logements moyens, 5 commerces et 62 places de parking. Le centre de prostitution est présenté comme une alternative possible aux vitrines de rue existantes. L’idée d’une villa Tinto gérée à un niveau régional pouvant agir comme palliatif à la prostitution de rue avait séduit les élus MR de la ville de Bruxelles lors de leur campagne électorale. Marion Lemesre (MR), échevine du commerce à Bruxelles, souligne que la villa Tinto à Anvers a considérablement réduit les trottoirs dédiés à la prostitution


A l’emplacement d’un ancien car wash.

Vlad VDK

A l’emplacement d’un ancien car wash.

« L’hypocrisie et le laxisme reviennent à laisser s’installer la loi de jungle qui se retourne contre les filles et les riverains. Un centre de prostitution est une alternative décente et sécurisée qui délimite la prostitution. En accueillant une villa Tinto rue d’Aerschot, quartier historique de la prostitution bruxelloise, Schaerbeek ferait œuvre utile pour l’ensemble de la région », estime Mme Lemesre. Cécile Jodogne (FDF), échevine en charge de l’urbanisme à Schaerbeek, considère, quant à elle, que ce projet ne constitue qu’une augmentation de l’offre de prostitution. « La situation à Schaerbeek n’est pas celle d’Anvers. Nous avons des salons de prostitution. Ils ont introduit des demandes pour se mettre aux normes du règlement de police et d’urbanisme pris en juin 2011 conjointement avec Saint-Josse. Nous ne pouvons pas exproprier ces commerces. »

Le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode Emir Kir (PS) tempère ces positions en proposant de s’inspirer de la gestion anversoise tout en tenant compte des spécificités bruxelloises. « Percevoir une villa Tinto comme une réponse à la prostitution est un leurre. Le quartier doit être repris en main pour accompagner socialement et sanitairement les prostituées. Je vais prochainement lancer une étude pour la rénovation urbaine de ces rues et j’espère proposer avec Schaerbeek un contrat de quartier mixte. »(Belga)

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent