Publié le Vendredi 22 Mars 2013 à

Régions > Brabant wallon > Sports

Boxe: Dardan Zenunaj veut franchir un nouveau palier

Rédaction en ligne

Dardan Zenunaj jouera gros samedi à Flobecq entre 21h et 23h. Le boxeur brabançon wallon défiera Hovhannes Zhamkochyan pour le titre suprême du championnat du monde IBO international. Déjà sacré champion de Belgique de boxe anglaise en décembre 2012, le Belgo-Albanais veut à tout prix gonfler son palmarès. Découverte de ce sportif atypique en quête de sommets.


Dardan Zenunaj entrera sur le ring samedi entre 21h et 23h.

DZ.

Dardan Zenunaj entrera sur le ring samedi entre 21h et 23h.

Rebecq et le Brabant wallon vont-ils compter un nouveau champion du monde de boxe anglaise en poids plume ? C’est en tout cas l’objectif de Dardan Zenunaj, une référence en boxe anglaise. Samedi à Flobecq, le sportif de 25 ans se mesurera à Hovhannes Zhamkochyan, un Belgo-Arménien aux multiples titres. «  Mon adversaire en est à 27 victoires pour 32 combats. Il est pro depuis dix ans et a déjà été trois fois champion du Benelux. Il attend ce combat depuis des années tandis que moi, j’ai l’occasion de me montrer après seulement un an et demi d’attente  », commente Dardan Zenunaj.

À une trentaine de kilomètres de sa commune de résidence, le combattant d’origine albanaise aura le public acquis à sa cause. Dardan le dit lui-même, cette rencontre est l’événement le plus important de sa carrière. Une carrière qu’il a commencée de manière assez originale. «  En regardant des films avec Bruce Lee, je me suis dit que je voulais faire la même chose. La première fois que j’ai été dans une salle de karaté, ma mère est tombée des nues et a refusé que je commence. J’ai donc fait du foot d’abord à Braine-le-Comte puis à Rebecq. J’avais 6 ans. Mais après un match de foot, je n’étais pas fatigué même après avoir couru partout tout le temps. J’avais besoin de me dépenser plus. Après, j’ai enfin commencé à 12 ans la boxe thaïlandaise  », ajoute-t-il. «  Je me suis forgé un petit niveau dans cette discipline. Mais malheureusement au niveau des fédérations et des catégories, ce n’était pas vraiment ça. Être champion du monde en boxe thaï, ça ne signifiait pas grand-chose. J’ai donc décidé de changer de cap et de me mettre à la boxe anglaise.  »

Retrouvez la suite de cet article dans l’édition de La Capitale de ce vendredi 22 mars 2013.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent