Publié le Lundi 8 Avril 2013 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Stib: l'agresseur a commencé à indemniser la famille du superviseur Illiaz Tahiraj

Rédaction en ligne

Le 7 avril 2012, Illiaz Tahiraj, un superviseur de la Stib, décédait après avoir reçu un coup de la part d’un homme ivre. Rapidement placé sous mandat d’arrêt puis inculpé, Alexandre Van der Elst, âgé de 29 ans, avait été libéré sous conditions fin mai dernier par la chambre des mises en accusation de Bruxelles.


Iliaz Tahiraj avait été frappé près du square des Armateurs.

D. R.

Iliaz Tahiraj avait été frappé près du square des Armateurs.

Un an après les faits, qu’est devenu l’homme qui avait attisé la colère de toute une profession, d’une famille et de la communauté bruxelloise en général ? Son avocat, Laurent Kennes, nous confie que son client, inculpé de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner, a aujourd’hui retrouvé un travail. C’est ce qui lui permet d’ailleurs de commencer à indemniser, à raisons de petites sommes, la partie civile, nous apprend l’avocat. De plus, l’inculpé s’est engagé à ne plus consommer d’alcool et à ne pas tenter d’entrer en contact avec les victimes. L’homme, en aveux des faits depuis le début, a été profondément choqué par les conséquences dramatiques de son acte et suit en outre, de son plein gré, une thérapie psychologique, selon son conseil.

Illiaz Tahiraj, âgé de 56 ans, avait été appelé, la nuit du 7 avril 2012, sur les lieux d’un accident entre un bus de la ligne 14 et une voiture, près du port de Bruxelles. Là, un des passagers de la voiture, en état d’ébriété, s’en était pris à l’agent de la Stib, lui donnant un seul coup de poing au visage, comme l’avaient attesté ensuite des images filmées par des caméras de vidéo-surveillance. Un coup violent qui, malheureusement, avait provoqué la mort d’Illiaz Tahiraj.

Journées du respect

De son côté, la Stib organise dès ce lundi plusieurs Journées du respect, du 8 au 10 avril, en mémoire au superviseur décédé l’année passée. L’objectif de cette initiative est de valoriser une réflexion en profondeur sur le respect en ville, indique la société de transports.

Ainsi, durant les trois prochains jours, des badges « Respect for all » seront distribués sur tout le réseau. Mais aussi, un bus 71 sera décoré et des témoignages de clients et de collaborateurs de la Stib seront diffusés dans les stations.

Enfin, les voyageurs désireux de témoigner de leur respect en l’affichant auront l’occasion de se faire prendre en photo par des professionnels. Les images seront ensuite disponibles sur la page Facebook de la Stib.

G. P.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent