Publié le Mardi 9 Avril 2013 à

Régions > Bruxelles > Sports

Johan Vermeersch, président du FC Brussels, donne sa version de la crise du club

Belga

Le président du FC Brussels, Johan Vermeersch, a réagi officiellement à l’évolution de la situation née de l’annonce de la reprise du club par un investisseur originaire de Dubaï, la société Gulf Dynamic Challenges (GDC).

Une reprise qui tarde à se réaliser car selon le patron du Brussels, l’investisseur n’a pas respecté ses engagements au point qu’il a rompu l’accord. GDC, qui estime que celui-ci est toujours valable, a attaqué M. Vermeersch en justice pour escroquerie.

Selon la convention de reprise du club signée le 16 janvier 2013 à Dubaï, GDC devait verser 100.000 euros, ce qui a été fait, puis 200.000 euros afin payer les quatre nouveaux joueurs arrivés en janvier. Cette dernière somme n’a pas été versée car un joueur n’a pas pu être transféré par la faute d’un club qui n’a pas réagi à temps, explique Vermeersch dans son communiqué. Il ajoute que 8 autres joueurs sont arrivés, sans que cela ne soit prévu par la convention de reprise.

Un nouvel accord, signé le 11 mars, prévoyait le versement de 100.000 euros par GDC au Brussels afin de payer les dettes du club et les salaires des 8 joueurs supplémentaires.

Selon M. Vermeersch, ces sommes-là, non plus, n’ont pas été versées. Et de ce fait, estime le président du club, GDC a mis en péril l’obtention de la licence en vue de la saison prochaine (le club n’a d’ailleurs pas obtenu celle-ci lundi).

C’est pour cette raison que dès le 29 mars, le Brussels avait rompu son accord de reprise avec GDC.

Depuis lors, estime encore Johan Vermeersch, le repreneur et son intermédiaire, l’agent de joueurs, John Bico, n’ont cessé de vouloir déstabiliser le club par tous les moyens y compris les mensonges, en jetant le discrédit sur son président, en attirant le directeur sportif Zaiour Noureddine à se retourner contre sa direction, et en divisant le groupe des joueurs.

Johan Vermeersch précise encore qu’il suit de nouvelles pistes afin de soutenir financièrement le Brussels.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent