Publié le Jeudi 21 Novembre 2013 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Molenbeek adopte un premier contrat Logement avec la Région de Bruxelles-Capitale

Rédaction en ligne

Le «Contrat Logement 2013-2019» entre la Région de Bruxelles-Capitale et Molenbeek-Saint-Jean a été adopté, mercredi soir, au conseil communal molenbeekois. Les abstentions de l’opposition cristallisent les polémiques sur la mixité sociale élevées autour de la politique régionale du Logement.


L’échevin Majoros.

L. D.

L’échevin Majoros.

L’échevin du Logement Karim Majoros (Ecolo-Groen) se targue que Molenbeek soit la commune pilote de cette collaboration. Il relève les objectifs de l’accord, à savoir la rénovation de 750 logements, sociaux pour la quasi-totalité, et la construction de 900 logements d’ici 2019. Ces derniers seront à 35% des logements moyens destinés aux ménages gagnant moins de 59.000 euros/an, à 40% des logements modérés pour ceux sous les 40.000 euros/an et à 25% des logements sociaux.

Dans l’esprit de la Région d’éviter l’exode des classes moyennes et la formation de quartiers ghettos, la bourgmestre Françoise Schepmans (MR) encourage les ménages à revenus modérés et moyens à rester à Molenbeek. «Ces dispositions répondent à la crise du logement tout en participant à la cohésion sociale», explique-t-elle.

Dans les rangs de l’opposition, la priorité accordée aux classes moyennes basses dans la construction des logements dérange plus encore à Molenbeek qu’au niveau régional. «On crée de la mixité sociale dans une commune populaire», lance Jamal Ikazban (PS) qui dénonce une démarche démagogique d’Ecolo à quelques mois des régionales. Jamel Azaoum (PS), ex-administrateur du Logement molenbeekois, rappelle que les logements sociaux sont en sur-occupation et que 12.000 familles sont sur liste d’attente.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent