Publié le Jeudi 13 Février 2014 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Assises Bruxelles: «Je n'étais pas moi-même» a dit l'accusé

Rédaction en ligne

«J’étais dépassé, je n’étais pas moi-même», a expliqué l’accusé, jeudi, devant la cour d’assises de Bruxelles, pour parler de son état d’esprit au moment où il a poignardé son ex-femme. Nizamettin Sen, âgé de 46 ans, est accusé d’avoir assassiné son ex-épouse, le 20 décembre 2010, à Schaerbeek.


L’accusé, Nizamettin Sen.

Belga

L’accusé, Nizamettin Sen.

«Elle m’a injurié quand je suis passé à côté d’elle ce jour-là dans la rue», a poursuivi l’accusé dont l’interrogatoire a débuté jeudi après-midi devant la cour d’assises de Bruxelles.

«Elle m’a dit: «pourquoi tu t’enfuis? Alors là, je me suis dirigé vers elle. J’ai pris le marteau que j’avais dans mon sac, et un couteau aussi je pense, des outils que j’emportais sur le chantier où je travaillais. J’ai couru vers elle et quand je l’ai rattrapée, je l’ai frappée. J’étais dépassé, je n’étais pas moi-même», a expliqué l’accusé à propos de son geste meurtrier, via son interprète turque.

Concernant sa fuite en Allemagne après les faits, l’accusé a affirmé qu’il avait paniqué, qu’il n’avait plus su quoi faire.

Par ailleurs, à propos des relations avec son ex-épouse, il a déclaré que, depuis leur séparation, les contacts entre eux étaient difficiles. «Mes enfants m’avaient dit que lorsqu’ils prononçaient mon nom elle les enfermait dans les toilettes», a notamment raconté Nizamettin Sen, jeudi.

Ce dernier est en aveu d’avoir poignardé mortellement son ex-femme, Sureyya O., âgée de 33 ans, rue Dupont à Schaerbeek, le 20 décembre 2010 vers 9h.

Des passants avaient assisté à la scène des coups. Ils avaient vu un homme, identifié ensuite comme l’accusé, donner plusieurs coups de couteau à la victime puis s’enfuir.

Sureyya O. avait reçu près de trente coups de couteau, au niveau du dos et de la gorge.

Nizamettin Sen avait rapidement été soupçonné. Un mandat d’arrêt européen et un mandat d’arrêt international avaient été délivrés à son encontre dès le 21 janvier 2010. Il avait été arrêté en Allemagne, à Würzburg en Bavière, le 15 janvier 2011.

Il y avait été arrêté par la police locale allemande alors qu’il s’était réfugié chez sa soeur. Celle-ci avait déclaré, sous serment, que son frère était arrivé chez elle le 18 décembre 2010 et qu’il n’avait donc pas pu commettre les faits.

Nizamettin Sen avait toutefois été extradé vers la Belgique le 2 mars 2011.

D’après l’enquête, l’accusé et la victime étaient en conflit, surtout à propos de leurs enfants. L’un et l’autre avaient déposé divers plaintes.

La victime en avait notamment porté une contre son ex-mari pour coups et blessures mais aussi pour viol sur elle et sur leur fille, alors âgée de 7 ans.

L’accusé devait d’ailleurs comparaître le lendemain du crime, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, pour ces faits. Absent, il y avait été condamné, par défaut donc, à six mois de prison pour les coups et blessures et acquitté des préventions de viol.

Jeudi, le frère de la victime s’est présenté pour se constituer partie civile. L’interrogatoire de l’accusé se poursuivra encore jeudi après-midi.

Faites de lacapitale.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent