Des photos d’une employée de la Stib diffusées sur un site porno

Il s’agirait d’une vengeance suite à des dénonciations de harcèlement.
Il s’agirait d’une vengeance suite à des dénonciations de harcèlement. - D. R.

Une poignée d’agents du service de sécurité de la Stib étaient – pour rappel – déjà partis en « grève émotionnelle » pas plus tard que le 8 mars dernier en apprenant que leur employeur avait décidé de porter plainte contre X pour « violence au travail ».

Découvrez l'abonnement numérique La Capitale pour seulement 1€ par mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.
Vous ne voulez vraiment pas découvrir le nouveau site de la Capitale ni suivre en continu l'actualité de votre région pour seulement 1€ ?
Continuez à lire l'actu sur Sudinfo.be
Tous

En direct

Le direct