Eupen: Jonathan Bolingi et la parole de Dieu…

Penaranda, Verdon, Bolingi, Ezatolahi, un quatuor international sur lequel Eupen mise pour renverser la vapeur.
Penaranda, Verdon, Bolingi, Ezatolahi, un quatuor international sur lequel Eupen mise pour renverser la vapeur. - D.Rd

Il ressemble de plus en plus à Mèmè Tchité. Et il parle aussi bas que Mèmè Tchité. Faut pas compter sur Jonathan Bolingi pour obtenir de fracassantes déclarations. Le Congolais se la joue discret. Discret, mais déterminé. En fait, il sait ce qu’il veut : « A l’Antwerp, je n’étais pas heureux dans le jeu. Je ne suis pas un joueur de flanc.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct