Assesse: Luc Nem «a honte de lui-même» et «veut se souvenir»

Luc Nem ne cherche pas à se défendre
: «
Ça ne peut être que moi
».
Luc Nem ne cherche pas à se défendre : « Ça ne peut être que moi ». - D.R.

Ce mardi matin, Luc Nem comparaissait devant la chambre du conseil de Namur pour le meurtre de sa compagne, Marielle Tournay, dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 novembre à Assesse. Le juge d’instruction a fait état des premiers devoirs, notamment des premières constatations légales. On parle de traces de coups violents sur le corps de Marielle, mais également d’étouffement.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct