L’éleveur faimois doit payer une grosse amende à cause d’un bug

En mai 2018, Manu Laruelle recevait le ministre Jeholet, aujourd’hui, il est en colère.
En mai 2018, Manu Laruelle recevait le ministre Jeholet, aujourd’hui, il est en colère. - Arch. J.G.

« Je crois que l’on ne veut plus d’éleveur chez nous. Je suis bien content que mon fils préfère aller aux sports d’hiver plutôt que de travailler dans notre ferme… » Manu Laruelle est amer. Il élève 450 Blanc-Bleu Belge à Faimes, un métier qu’il exerce avec passion mais aussi avec de plus en plus de difficultés. Au point de vouloir parfois baisser les bras.

Découvrez l'abonnement numérique La Capitale à -50% pendant 6 mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte -50%
Accédez à l'ensemble des articles et services de votre région pour 7€/mois

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Capitale ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct